ARCHITECTURE     URBANISME     CONTACT : sc@sylviecahen.com - 01 44 49 07 08
  architecture  
  25 realisations  
  avant après  
  10 realisations  
  petites surfaces  
  9 realisations  
  Publications  
  14 realisations  
  vidéos  
  6 realisations  
ELLE DECORATION

FEMME ACTUELLE

A VIVRE Hors série

CAPTIV DECORATION - Rue Gutenberg

BEAUTIFULLY SMALL - Clever ideas for compact spaces

LE PARTICULIER IMMOBILIER

L' EXPRESS - RUE DU CHATEAU D'EAU

MAISON MAGAZINE - RUE DES CANETTES

MAISON MAGAZINE - RUE DE ST SULPICE

COTE MAISON

MAISON MAGAZINE - RUE DU CHATEAU D'EAU

DU COTE DE CHEZ VOUS - RUE DU CHATEAU D'EAU

DU COTE DE CHEZ VOUS - BD MALHERBES

DU COTE DE CHEZ VOUS - BD MALLARME

LE PARTICULIER IMMOBILIER
Publication Décembre 2014

LE PARTICULIER IMMOBILER n°314
Gagner des mètres carrés dans les parties communes

« Un projet audacieux, l’annexion d’une courette mitoyenne"

"Annexer les mètres carrés d’une cour aveugle afin de construire une pièce supplémentaire à chaque étage. C’est le projet audacieux d’une copropriété du XIVe arrondissement.
« Aujourd’hui la suppression du COS permet de mettre en place plus facilement ce type de projet puisque la surface de plancher possible créée n’est plus limités », note Sylvie Cahen architecte DPLG en charge du dossier. L’immeuble de sept étages, construit en 1900, abrite en effet une cour de près de 8m² surplombée d’une verrière conçue à des fin d’aération. Le nouvel espace, une extension de 7m² par palier (+ 1m² pour la ventilation), permettrait aux copropriétaires concernés de créer une nouvelle pièce à frais réduits : 1650€/m² brut en moyenne HT, hors coût de rachat des communs au syndicat et hors coût d’aménagement. Charge ensuite à chaque copropriétaire de faire les travaux d’intérieur nécessaire à la création d’un espace de vie – en moyenne entre 1 000 et 2 000€/m² selon le projet. « Pour certains appartements, cela correspond à une augmentation de surface de près de 10% », explique Antoine Ferraud, le président du conseil syndical. Chaque niveau serait conçu après l’autre, les planchers étant fixés à l’aide de poutrelles encastrées dans les murs. Ce mode opératoire ne nécessitant pas d’échafaudage permettrait de réduire la durée des travaux à deux semaines par étage, hors aménagements intérieurs. Afin d’accélérer les démarches, les copropriétaires déposeront chacun une déclaration de travaux – deux ou trois mois d’instruction par dossier – plutôt que de déposer un permis de construire pour l’ensemble du projet (supérieur à 20m²), ce qui implique jusqu’à six mois d’instruction.
Deux inconnues demeurent : bien qu’un accord de principe ait déjà été obtenu, le syndicat doit encore valider formellement le projet et le prix de rachat des communs en assemblée générale. » ©Jorge Carasso